M.KIM et l'art pictural coréen


Avez-vous déjà entendu parler du nom de famille coréen “KIM” ? Oui, c’est vrai il y a beaucoup de KIM mais les Coréens arrivent à les distinguer et celui dont on vous parle aujourd'hui est particulier.


KIM Hong-do est un des grands artistes coréens de l’époque de Joseon (1392-1897). Il était peintre et poète, né à Anyang près de Séoul à la fin de l’époque de Joseon.

Pourquoi est-il connu ? Lorsque vous regardez les peintures ci-dessous, vous pouvez remarquer que ses tableaux illustrent la vie quotidienne. Il est le premier peintre à avoir représenté la vie de tous les jours : au travail, le quotidien, dans la rue, les loisirs, l'éducation.


Même le roi Jeongjo (le vingt-deuxième roi de Joseon, 1776-1800) considérait KIM Hong-do comme un grand artiste virtuose. D'ailleurs, KIM Hong-do a dessiné le portrait du roi et entra temporairement au gouvernement. Aujourd’hui, Jeongjo est considéré comme un des plus grands mécènes de KIM Hong-do.



À gauche : 舞童,《檀園風俗圖帖》, Mudong (Dancing boy), KIM HONG-DO

À droite : 相撲,《檀園風俗圖帖》, Ssireum (Korean Wrestling), KIM HONG-DO

Copyright. [National museum of Korea], [http://www.museum.go.kr/site/main/relic/search/view?relicId=553]

[National museum of Korea], [http://www.museum.go.kr/site/main/relic/search/view?relicId=551]

Pour celles et ceux qui voudraient voir une superbe vidéo qui raconte l'histoire cachée du peintre (à droite sur l’œuvre ci-dessous) dans une ambiance traditionnelle coréenne, vous pouvez cliquer sur l'image.


行商,《檀園風俗圖帖》, Peddler, KIM HONG-DO

Copyright. [National museum of Korea], [http://www.museum.go.kr/site/main/relic/search/view?relicId=3799]


CulturMoov vous présente ici certaines de ses peintures visibles sur le web mais vous pouvez également visiter le Musée Guimet (Paris) pour découvrir d'autres œuvres coréennes.




Paravent à huit panneaux : scènes de genre


La photo ci-dessous présente un paravent peint signé de KIM Hong-do. Ce paravent à huit panneaux, probablement réalisé vers 1760, compte parmi ses œuvres les plus réussies.


L’artiste dépeint avec finesse des scènes de vie quotidienne de l’aristocratie à l’époque Joseon, rythmée par le cycle des saisons. On peut voir par exemple, sur certains des huit panneaux, le notable dans sa chaise à porteur, des voyageurs qui se croisent sur fond de paysage, un cavalier qui passe et se cache le visage derrière son éventail, un pique-nique au pied d’une muraille, des hommes et des femmes vaquant à leurs occupations demi-courtoises, sans jamais revêtir l’allure sophistiquée des courtisans chinois ni le costume complexe des aristocrates japonais de l’époque Edo (XVIIIe siècle). Les personnages sont ici traités avec humour et poésie, ils sont élégants, vifs et sereins et surtout sobrement vêtus. Ils évoluent dans une atmosphère particulièrement soignée sur un fond de paysage précis et détaillé.

(Source : Musée Guimet)




Oryun Haengsildo 『오륜행실도五倫行實圖』 : Un guide illustré des cinq impératifs moraux

Oryun Haengsildo a été publié en 1797 (21e année du règne du roi Jeongjo) pendant la période Joseon. Le style habituel de KIM Hong-do s'exprime dans cette œuvre.


Copyright. [National museum of Korea], [http://www.museum.go.kr/site/main/relic/search/view?relicId=3193]


Il rassemble les actes de 150 personnes témoignant des cinq comportements fondamentaux à observer envers les parents, ainsi qu'envers le roi, les adultes, ses amis. A quoi cela sert ? Il était destiné à aider les gens "ordinaires" à comprendre plus facilement les vertus éthiques de base enseignées par le confucianisme, la valeur principale de l’époque de Joseon, toujours importante aujourd’hui en Corée.

La société coréenne a mis l'accent sur les valeurs familiales, la hiérarchie entre les classes, les personnes âgées et les plus jeunes. Par conséquent les rituels sont devenus très importants pour montrer le respect des ancêtres. Si vous apprenez le coréen, une des difficultés sera d'appréhender les différentes formes de politesse du langage selon votre interlocuteur.


Rice Threshing

Copyright. [National museum of Korea] [http://www.museum.go.kr/site/main/relic/search/view?relicId=543]

Dans sa peinture "Rice Threshing", Kim Hong-do représente un groupe de paysans occupés à la récolte du riz. Un homme, probablement le propriétaire foncier, se repose confortablement sur un tapis, appuyé sur un faisceau de riz, en fumant.


Bien que cette peinture représente des personnes d'échelles sociales différentes, l'artiste n'a pas mis l'accent sur les conflits des classes ou les structures sociales. Il n'a jamais perdu son sens de l'humour et sa vision optimiste du monde en observant la vie quotidienne de ses contemporains. À part les tableaux présentés ici, vous pouvez trouver plus d’œuvres coréennes, notamment de KIM Hong-do, en cliquant sur les liens ci-dessous (en anglais ou en français).


- Musée Guimet : http://www.guimet.fr/fr/collections/coree

- National museum of Korea : http://www.museum.go.kr/site/eng/home

- Galerie des œuvres de KIM HONG DO : https://www.museum.go.kr/site/eng/archive/post/archive_22


Crédits photos : National museum of Korea, Musée Guimet

Ne manquez pas notre appli culturelle sur les écrans tactiles des abribus parisiens. Trouvez votre abribus connecté sur la carte interactive de CulturMoov : http://bit.ly/2qYAInJ

Vous avez aimé, ou pas du tout, vous avez des suggestions, n'hésitez pas à nous le dire !

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

CulturMoov conçoit et commercialise des activités culturelles en ligne et en physique afin d'offrir de nouvelles expériences de découverte des richesses du patrimoine matériel et immatériel français.

Suivez-nous 

© CulturMoov 2020