Je pourrais mourir pour toi !

Ah ! Que d’amour dans cette phrase prononcée dans de nombreuses chansons et films, mais était-ce vraiment ce qu’on déclaré les 70 malheureux trouvés dans la tombe dite de Pu’abi ?






Dans les années 30, lors de fouilles archéologiques menées en Irak, Sir Léonard Wooley fit de somptueuses découvertes. Il a en effet mis au jour un immense cimetière mésopotamien, où se trouvait cette mystérieuse dame appelée Pu’abi et âgée d’environ 40 ans.


Celle-ci fut enterrée richement : bijoux, char attelé de bœufs, accompagnement funéraire à l’emplacement dans ce qu’a désigné l’archéologue comme le grand puits de la mort : c’est ici dans ce lieu qui mérite amplement son nom que 70 personnes ont donné leur dernier souffle.


Face à cette macabre découverte datée de 2600-2400 avant notre ère, de nombreuses questions s’ouvrent à nous : pourquoi cette dame méritait-elle tous ces honneurs ? Et qui était-elle ?




Images d’archives des fouilles du cimetière d’Ur

Penn Museum



Cette mystérieuse femme désignée en sumérien par les titres nin ou eresh, d'après certains textes comme par exemple des sceaux-cylindres, signifient reine, dame ou prêtresse. Merci nous voilà bien avancé dans la recherche de son identité !


Exemple de sceau-cylindre du musée du Louvre, Combat de héros et d'animaux,

environ 2600 avant notre ère


Cependant, sa somptueuse parure exécutée dans différents matériaux précieux comme l’or, le lapis-lazuli ou encore la cornaline nous suggèrent qu’il s’agissait d’une personne de haut rang, même si nous en ignorons son titre exact.


Éléments de diadème de la reine Pu'Abi, Penn Museum et British Museum




En effet, ces pierres étaient déjà considérées comme précieuses et de nombreux exemplaires de ce type de bijouterie sont conservés au British Museum ou au Musée du Louvre.


Collier et pendentifs d’animaux provenant des collections proches-orientales du musée du Louvre




Une coiffure à s’arracher les cheveux !



Saviez-vous que depuis sa découverte, les chercheurs se démènent pour la reconstituer ? Étant donné les processus de taphonomie (dégradation des matières périssables suite au temps qui passe), il ne subsistait à sa découverte que les magnifiques bijoux.


Or ne serait-ce pas formidable de pouvoir la reconstituer ?


C’est à ce but que se sont donnés de nombreux chercheurs notamment à l’université de Pennsylvanie.

En tout, pas moins de 6 reconstitutions ont été faites. Hélas, puisque aucune statue ou fresque ne la représente, qu’aucun écrit ne mentionne sa coiffure, ces reconstitutions restent néanmoins hypothétiques.




Reconstitution de la parure de la reine Pu'Abi, vue de profil



Mais revenons au fait, pourquoi tant de malheureux sont morts avec elle ? Les rites d’accompagnement sont une pratique funéraire assez répandue mais reste unique lors de cette période de l'âge du Bronze et dans cette région du Proche-Orient. Diverses théories supposent une croyance religieuse dans un au-delà, où des serviteurs accompagneraient leurs maitres pour continuer de les servir. Leurs morts n’auraient pas été violentes et l’explication reconnue est qu’ils se seraient eux-mêmes administrés du poison. Nous serions donc ici en face d’un suicide collectif en l’honneur de Pu’abi.


Colliers de la parure de la reine de Pu'Abi, Musée du Louvre


Pour finir, les objets trouvés sur le site furent répartis entre trois musées : le musée national d’Irak, le Penn Museum et le British Museum. Toutefois certains objets similaires sont conservés actuellement au musée du Louvre.



Pour en savoir plus :


Un site en anglais très intéressant pour ses photos qui présentent toutes les parures accompagnant cette mystérieuse femme : http://sumerianshakespeare.com/117701/664701.html


La vidéo du Penn Museum montrant les étapes de la reconstitution de la coiffure : https://www.penn.museum/sites/iraq/?page_id=61


Le trésor royal d'Ur au Penn Museum : https://www.penn.museum/sites/expedition/ur-and-its-treasures/



Vous avez aimé, ou pas du tout, vous avez des suggestions, n'hésitez pas à nous le dire !





Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

CulturMoov conçoit et commercialise des activités culturelles en ligne et en physique afin d'offrir de nouvelles expériences de découverte des richesses du patrimoine matériel et immatériel français.

Suivez-nous 

© CulturMoov 2020