Ô miroir, dis-moi qui est la plus belle de l'empire ?



Avez-vous déjà vu le miroir d’une impératrice ? Le musée d’Orsay en propose un dans son exposition « Spectaculaire Second Empire 1852-1870 ». Mais attention ! Ce n’est pas n’importe quel miroir, il a toute une histoire que je vais vous faire découvrir. A l'origine conservée au musée du Second Empire de Compiègne, ce miroir, que l'on appelle une psyché, n'est visible que par une porte vitrée, donc profitez-en ! Le musée d'Orsay vous permet de l'approcher et d'en admirer les détails.



Quésaco ?



Il faut savoir que la création de grands miroirs est contemporaine (vers 1808). On peut enfin s'admirer en pieds ! « Ah oui ? Et la galerie des glaces du château de Versailles n'est-elle pas entièrement faite de miroirs ? » Me direz-vous. Certes, mais les trois cent cinquante-sept miroirs sont en fait des petites pièces de forme carrées assemblées. Ce n'est pas pareil !


Notre psyché est donc une grande glace de forme ovale mesurant deux mètres trente-deux de hauteur, dont il est possible d'en modifier l'inclinaison. On note des bras de lumière de part et d'autre ce qui permet de garantir une luminosité suffisante pour admirer sa silhouette.



La pièce est enrichie de bronzes dorés dessinant, guirlandes, rubans, vases, couronne de fleurs, etc.


Qui est le grand et doué ébéniste?

Travaillant le domaine du bois, Alexandre-Georges Fourdinois, établit sa maison en 1835, elle reste active jusqu'en 1885.

Fourdinois est considéré comme le grand nom du style néo-Renaissance dans le domaine de l'ébénisterie. Le néo-renaissance, style du Second Empire, a pour objet de reprendre des caractéristiques de la Renaissance française. En 1855, lors de l'exposition universelle il remporte la médaille d'honneur, c’est vraiment un pro dans son domaine ! Ses récompenses le mèneront jusqu'à la légion d'honneur.

Alexandre-Georgres Fourdinois se démarque de ses concurrents en concevant lui-même ses meubles de A à Z. Il les dessine puis les réalise.



En réalité, ce type de miroir s’appelle une Psyché.




Le nom donné à ce miroir a une origine mythologique bien célèbre. Psyché est réputée pour sa beauté incomparable. Cupidon en tombera même amoureux, blessé accidentellement par l'une de ses flèches. Cette belle histoire évoque un idéal de beauté, mais on peut pousser plus loin car l'étymologie grecque de psyché signifie l'âme. Y verrions-nous dans ce reflet, notre propre âme ? Serait-ce une passerelle vers un univers psychologique, vers notre propre subconscient ?


Mais savez-vous que son histoire le place dans la vie des grands dirigeants de son époque (l'Impératrice Eugénie et la Reine Victoria) ?

L'impératrice Eugénie est fascinée par Marie-Antoinette. Bien que personne n'envie sa fin tragique, elle constitue un engouement au cours des années 1850. Des livres sur son histoire sont publiés dès le milieu du XIXe siècle. L’impératrice Eugénie collectionne des objets ayant appartenu à la dernière reine de France, elle ira même jusqu'à se vêtir comme elle. La revue Fémina l'atteste avec des clichés de l'impératrice « travestie » en Marie-Antoinette.




En 1855, c'est la France qui présente son exposition Universelle. La visite de la reine Victoria (Reine d'Angleterre) au mois d'août de cette même année s'est révélée importante pour Napoléon III. Il compte en faire un événement mémorable ! On doit se souvenir de la France et montrer que l’on est capable de rivaliser avec l’Angleterre suite au séjour de l'empereur en avril 1855 au château de Windsor où le décor, spécialement préparé, a su impressionner.


On accueille la reine au château de Saint-Cloud. Aux côtés de notre artiste, Alexandre-Georges Fourdinois, deux autres s’occupent de l’ameublement du cabinet de toilette, pièce où l'on trouvait la psyché. C'est à cet endroit et à ce moment, dans une volonté d'hommage à Marie-Antoinette, de la part de l'impératrice, que nait le style ''Louis XVI-Impératrice''. Il reprend une silhouette allégée mais avec du détail foisonnant.


Si vous ne me croyez pas, sachez que les décors des pièces étaient parfois représentés sur des peintures, des aquarelles ou des dessins. D’ailleurs, notre psyché est illustrée dans une des aquarelles de Jean-Baptiste Fortuné de Fournier qui présentent l'aménagement intérieur du Cabinet de l’impératrice à Saint-Cloud, avec la reine Victoria. La psyché est bien là, dans l'angle inférieur droit, immortalisée dans un fastueux passé.


Pour aller plus loin :

Pour voir de plus près l’œuvre : http://art.rmngp.fr/fr/library/artworks/alexandre-georges-fourdinois_psyche-de-l-imperatrice-eugenie_dore_acajou-bois_bronze

Pour voir l’arrière de l’œuvre : http://www.sylvain-oudry.com/conservation-et-restauration-objets-d-arts-decoratifs/psyche-de-limperatrice-eugenie-a-saint-cloud.html

Pour voir d’autres œuvres de l’artiste : http://www.photo.rmn.fr/C.aspx?VP3=SearchResult&VBID=2CO5PCDEOSUY8

Vous avez aimé, ou pas du tout, vous avez des suggestions, n'hésitez pas à nous le dire !


Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

CulturMoov conçoit et commercialise des activités culturelles en ligne et en physique afin d'offrir de nouvelles expériences de découverte des richesses du patrimoine matériel et immatériel français.

Suivez-nous 

© CulturMoov 2020